Une avancée significative pour une agriculture équitable et écologique

En dépit d’une majorité manquée par l’Initiative pour des aliments équitables, l’Association des petits paysans tire un bilan positif : le peuple suisse a montré l’importance qu’il portait à des aliments produits dans des conditions équitables, écologiques et respectueuses des animaux – ici comme à l’étranger. Le Conseil fédéral est désormais invité à mettre en œuvre les principes juridiquement contraignants existants.

Les électeurs ont rejeté l’Initiative pour des aliments équitables. La Suisse a ainsi manqué l’occasion d’assumer une plus grande responsabilité pour l’agriculture, également de l’autre côté des frontières, et d’axer encore plus systématiquement son approvisionnement alimentaire sur la durabilité. La campagne agressive des opposants à l’initiative, fondée sur la peur, semble avoir persuadé de nombreux votants, au grand regret de l’Association des petits paysans. Les spéculations sur la hausse des prix étaient complètement exagérées et ignoraient un aspect crucial : « En fin de compte, quelqu’un paie toujours pour les aliments bon marché : les hommes, les animaux ou la nature», explique Regina Fuhrer, présidente de l’Association des petits paysans. « Il ne s’agit pas de savoir si, en tant que société, nous nous décidons pour une production écologique et un commerce équitable – à long terme, nous n’avons pas d’autre choix ! ».

Le Conseil fédéral appelé à agir
Malgré une majorité manquée, l’Association des petits paysans tire un bilan positif de la campagne précédant la votation. « Durant le débat public, nous avons pu faire prendre conscience des liens entre consommation et production agricole. Un pas important dans la bonne direction », dit Regina Fuhrer. La part élevée de votes favorables à l’initiative pour des aliments équitables montre que cette préoccupation est largement soutenue et que de plus en plus de consommateurs souhaitent une agriculture équitable, écologique et respectueuse des animaux. L’Association des petits paysans demande maintenant au Conseil fédéral de prendre cet engagement de l’électorat au sérieux et d’orienter encore plus systématiquement les accords commerciaux internationaux vers plus de durabilité, d’équité et de bien-être des animaux.

Les bases légales existent. La voie pour la mise en œuvre de l’article 104a de la Constitution fédérale sur la sécurité alimentaire a été ouverte par l’initiative pour des aliments équitables – le Conseil fédéral l’a clairement reconnu durant la campagne précédant la votation. De plus, la Suisse s’est engagée envers les Objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU et les objectifs de Paris sur le climat. Après toutes ces belles paroles, l’Association des petits paysans appelle à l’action concrète. « Les consommateurs ont montré aujourd’hui qu’ils accordaient de l’importance aux produits issus d’une agriculture régionale, durable et équitable », déclare Regina Fuhrer.

Actualités et articles sur ce thème

Renforcer la diversité maintenant, avec contribution d’exploitation et plafonnement

Avec la politique agricole 22+, la diversité des exploitations doit enfin être valorisée avec l’introduction d’une contribution liée à l’exploitation. En outre, le Conseil fédéral a reconnu le problème de…

Stopper le mitage – pour un développement durable du milieu bâti

Le 10 février , le peuple suisse votera aux urnes sur l’initiative contre le mitage. Pour Regina Fuhrer, présidente de l’Association des petits paysans, il est temps de s’engager pour…

Un premier pas pour le lait de vaches allaitantes

Peu après la naissance, les vaches laitières et leur veau sont généralement séparés. Sur certaines exploitations, les veaux restent plus longtemps avec leur mère, mais les vaches sont quand même…