Regio Challenge

Mange ce qui pousse au détour du chemin et et découvre la diversité culinaire de ta région !

Regio Challenge

Manger et boire durant 7 jours ce qui est intégralement produit à distance de vélo (30 km).

Regio Challenge

Participe et inspire aussi ton entourage pour une consommation durable et régionale

Regio Challenge

Les règles du jeu sont simples: durant toute une semaine, ne manger et ne boire que ce qui a été produit à distance d’un tour à vélo (30km). Avec cette semaine d’action dans toute la Suisse, l’Association des petits paysans veut sensibiliser à une consommation durable, régionale et de saison. Le Regio Challenge aura lieu cette année du 14 au 20 septembre 2020.

Celui qui participe se rendra compte du challenge: la semaine est un véritable défi! Pour autant, l’idée n’est pas de se priver mais de profiter d’une alimentation savoureuse, saine et créative. Nous allons sûrement découvrir de nouvelles recettes et de nouvelles perspectives avec ce qui pousse autour de nous… ou justement qui ne pousse pas. Participe à la semaine d’action et découvre la diversité culinaire de ta région!

 


Participer

Les règles du jeu: durant 7 jours, ne manger et ne boire que ce qui a été entièrement produit à distance de vélo (30 km).

Trois jokers: trois ingrédients qui continuent à relier au monde peuvent être utilisés individuellement: café et sucre par exemple, ou curry et chocolat etc.

Seul ou en équipe: tu peux participer seul(e) ou en équipe au Regio Challenge. Inspire ton entourage et publie des photos de tes plats en utilisant #regiochallenge2020 sur les médias sociaux. Et tu peux nominer trois personnes qui devront participer au Challenge.

Challenge court: si tu as peu de temps pour faire des courses et cuisiner, tu peux aussi participer à une seule journée – le reste des règle du jeu restent les mêmes.

Manger régional plutôt qu’à l’extérieur

Pour le Regio Challenge 2020, le secteur de la restauration sera aussi impliqué pour la première fois. Car lorsque qu’on consomme hors de la maison, nous avons généralement encore moins de contrôle et de transparence sur l’origine des ingrédients des aliments et des boissons.

Cela veut dire concrètement que les restaurants qui participent proposeront du 14 au 20 septembre ou certains jours de cette semaine des plats Regio Challenge qui respectent les règles du jeu énoncées (tous les ingrédients proviennent d’un rayon de 30 km à l’exception de 3 jokers).


Les restaurants suivants participent au Regio Challenge et montrent l’exemple pour plus de durabilité.

O’Centre du goût by lauraworld (Lausanne VD)
Menu Regio-Challenge du 15 au 18 septembre ( de 10h à 18h)

Restaurant Le Pont de Brent (Brent VD)
Plusieurs plats Regio-Challenge du 15 au 19 septembre (midi & soir)

Le Seize Restaurant Bio (Martigny VS)
Tous les jours à midi du lundi au vendredi un plat Regio Challenge

«La Table de l’Atelier Simple Tastes» (Le Bouverert VS)
Vendredi soir 18 et samedi soir 19 deux ou trois menus Regio Challenge et dimanche 20 septembre brunch Regio Challenge

Freibank (Wyler)
Un plat Regio Challenge à midi du 14 au 18 septembre

Mein Küchenchef (Köniz)
Un plat Regio Challenge à midi du 14 au 18 septembre et menu spécial Regio Challenge mardi, mercrdi et vendredi (à midi)

Restaurant Werkhof (Liebefeld)
Plusieurs plats Regio Challenge à midi du 15 au 18 septembre

Petit Couteau (Monbijou)
Un plat Regio Challenge les 16 et 17 septembre à midi

Wartsaal (Lorraine)
Un plat Regio Challenge à midi et le soir du du 15 au 19 (à midi seulement du mardi au vendredi)

Restaurant zum Schloss (Köniz)
Un plat Regio Challenge le soir du 15 au 19 septembre

Bei Babette (Wiedikon)
Menu 4 plats « Regio Challenge » les 15, 16, 17 et 19 septembre (le soir)

Restaurant Blaue Ente (Seefeld)
Menu 3 plats Regio Challenge, surprise dans le verre et salade du jour à midi et le soir du 14 au 19 septembre (repas de midi seulement du lundi au vendredi)

Wirtschaft im Franz (Wiedikon)
Plusieurs palts Regio Challenge le soir du 15 au 19 septembre

Restaurant Hardhof (Albisriederplatz)
Les informations suivront

Bistro Karl der Grosse (Altstadt)
Un plat Regio Challenge inclus salade/soupe à midi du 14 au 18 septembre

Kornsilo (Seefeld)
Un plat Regio Challenge le soir du 14 au 20 septembre (de midi à 18h00)

Restaurant Tüfi (Seefeld)
Un plat Regio Challenge du 7 au 12 septembre (midi & soir)

Zum goldenen Fass (Kleinbasel)
Menu 3 ou 4 plats « Regio Challenge » du 15 au 19 septembre (le soir)

Herzlich (Liestal)
Un plat Regio Challenge au buffet de midi du 14 au 19 septembre

The Lab (Spitalstrasse)
Un plat Regio Challenge du 15 au 17 septembre (le soir)

 

Restaurant Quai 4 (Tribschen)
Menu Regio Challenge le soir du 15 au 18 septembre

Café Sowieso (Gletschergarten)
Un plat Regio Challenge à midi du 14 au 18 septembre

Stiefels Hopfenkranz (Zürichstrasse)
Les informations suivront

Treibhaus (Tribschen)
Menu « Regio Challenge » à midi du 15 au 16 septembre

Restaurant zur Werkstatt (Hirschmatt)
Différents menus de midi selon les jours (inclus salade et petit dessert) et menu du soir Regio Challenge constitué de l’apéro et de maximum 5 plats du 14 au 19 septembre

Speed Dating paysanne/paysan - consommatrice/consommateur

Pendant le Regio Challenge de cette année, l’Association des petits paysans organise en collaboration avec OGG Bern pour la première fois un speed-dating entre paysans et consommateurs. Apprenez à connaître les paysannes et paysans de la région bernoise, ou trouvez de nouveaux clients et clientes en ville! Apéro régional inclus.

Daute: Mardi 15.09.2020, 18h30 – 20h30

Lieu: PROGR, Waisenhausplatz 30, 3011 Berne

Inscription obligatoire, le nombre de participants est limité!

Manifestations d’organisations partenaires ou animées du même esprit

Vous trouvez ici d’autres événements autour de l’alimentation durable.

Semaine du goût

La «Semainde du goût» fête cette année déjà son 20ème anniversaire. Des centaines de manifestations et d’activités vous attendent du 17 au 27 septembre dans toute la Suisse. Le thème du gaspillage alimentaire est à l’honneur.

Dates: 17– 27 septembre 2020

Lieu: toute la Suisse

Vers le site internet de la Semaine du goût

Stands d’animation sur le gaspillage alimentaire

Les stand de responsables.ch seront présents dans différentes villes du canton de Vaud pour aborder la question du gaspillage alimentaire.

Dates et lieux:
2 septembre 2020, 16h00-20h00, Marché de Gland VD
12 septembre 2020, 9h00-12h00, Palézieux VD
3 octobre 2020, Ouchy-Lausanne VD et Vevey VD
3 novembre, 16h00-22h00, Orbe VD

Plus d’infos

Marché Bio de Fribourg

Le Marché Bio est l’événement annuel des producteurs bio fribourgeois, l’occasion de faire découvrir leurs activités et de tisser des liens avec les citoyens au cœur de Fribourg.

Date: 19 septembre 2020, 9h00-17h00

Lieu: Place Georges-Python, Fribourg FR

Vers le site internet du Marché Bio de Fribourg

Jardin des Sens

Pour nourrir corps, esprit et âme réunis, l’équipe du Jardin des Sens propose une exploration en famille avec des ateliers de découvertes culinaires durant 4 jours, en synergie avec des acteurs locaux.

Dates: 10 – 13 septembre 2020

Lieu: Chemin des Blanchards 20, 1233 Bernex GE

Infos et inscriptions Jardins de Mamajah

Contexte

Le Regio Challenge a été créé Allemagne et le concept est étroitement lié à la promotion de la souveraineté alimentaire (www.regio-challenge.de). L’Association des petits paysans a lancé le Regio Challenge pour la première fois en Suisse en septembre 2019. Comme l’idée a été très bien accueillie, le Regio Challenge aura de nouveau lieu cette année, et de nouveau en même temps qu’en Allemagne du 14 au 20 septembre.

Pendant la crise du coronavirus, beaucoup de personnes ont de nouveau reconnu la valeur des productrices et producteurs locaux et des commerces de proximité. Le Regio Challenge représente l’occasion de renforcer encore la proximité entre consommateurs, consommatrices et productrices, producteurs durant cette période!

Régional = plus durable?

L’homme est ce qu’il mange. Comme chacune de nos activités, notre alimentation a aussi des conséquences sur notre environnement, et pas des moindres! 28% de l’empreinte écologique due à la consommation est causée en Suisse par l’alimentation. Le bilan écologique est principalement déterminé par le choix des produits (d’origine animale et végétale), le transport (avec ou sans avion), les sites de production et les méthodes de production agricole (Source: 2017, ​KVU CCE CCA). Le programme national de recherche «Alimentation saine et production alimentaire durable» (NFP 69) a lancé un Simulateur de l’alimentation pour visualiser les impacts de différentes habitudes alimentaires sur l’environnement, le budget, la société et la santé. Divers labels offrent également des repères concernant les critères de durabilité et de bien-être animal dans la production (Bourgeon Bio, Demeter, IP Suisse, etc.) ou sur l’origine du produit et la valeur ajoutée régionale (regio.garantie – en allemand).

Les articles de nos invités permettent d’en savoir plus sur l’alimentation durable. Ils proviennent du Regio Challenge 2019 mais sont toujours valables:

Plus nous nous procurons notre nourriture à l’échelle régionale, plus nous avons de chances de comprendre la production de nos aliments, le transport, la transformation ainsi que les personnes impliquées! Nous pouvons, par exemple, demander à la paysanne ou au jardinier des environs comment il ou elle cultive et nous faire notre propre idée pendant une visite à la ferme.

  • Qui cultive mes aliments?
  • Combien gagnent ces personnes?
  • À qui appartient la terre sur laquelle mes légumes ont poussé?
  • De quelle graine ont-ils germé? Y a-t-il un brevet dessus?
  • Combien de chimie y a-t-il dedans?
  • Quelle est la distance parcourue par mes aliments?
  • Qui les traite et les transforme? Qui les emballe? Qui les entrepose et les transporte?
  • Combien de souffrance et combien de plaisir y a-t-il en eux?

Si je regarde ce que je mange tous les jours et que je me pose ces questions, est-ce que les réponses me plaisent? Puis-je seulement répondre à ces questions?

Notre système alimentaire mondial actuel, extrêmement complexe, avec d’innombrables étapes du champ à l’assiette, n’est pas facile à appréhender et est largement opaque. Dans le cas des produits transformés, il n’est parfois même pas nécessaire légalement d’indiquer l’origine des matières premières.

D’un autre côté, la publicité ou les emballages des produits nous présentent une image idyllique des fermes. Le marketing de l’industrie alimentaire nous permet de facilement y croire, si nous le voulons. Il nous aide à détourner le regard et à profiter de l’abondance.

Plus nous nous renseignons, plus cela devient clair: en raison de la grande complexité du système alimentaire mondial et des nombreuses étapes traversées par notre alimentation, nous perdons le contact avec ce que nous mettons dans notre bouche. Nous ne comprenons plus comment il est produit (Source: Regio Challenge Deutschland: Warum das Ganze? Aufstand der Satten)

La production d’aliments pollue le sol, l’eau, l’air et l’environnement. Les coûts indirects de ces dommages environnementaux ne se reflètent pas aujourd’hui dans le prix du produit, mais doivent être supportés par le grand public ou les générations futures. Le concept de «vérité des coûts» veut changer cela et attribuer aux produits tous les coûts qu’ils engendrent directement ou indirectement. Ainsi, les aliments issus d’une production coûteuse en énergie ou ayant effectués de longs transports seraient nettement plus chers, alors que les aliments produits de manière saisonnière et écologique n’entraîneraient que peu de coûts supplémentaires. Un produit biologique serait donc moins cher qu’un aliment conventionnel.

Les consommatrices et consommateurs contribuent à l’agriculture durable par leur alimentation et leurs décisions d’achat. En même temps, cependant, la politique est appelée à faire payer les pollueurs pour les dommages causés à l’environnement respectivement à exiger les coûts réels. Par le biais d’incitation et surtout par le biais d’incitations négatives (par exemple, une taxe sur les pesticides), la politique peut promouvoir une agriculture durable et respectueuse du climat.

Article de Felix Schläpfer, Vision Agriculture : «Les vrais coûts de notre alimentation»

Contribution Vérité des coûts

(c) Giorgio HösliLes prix à la consommation ont tendance à augmenter, mais les producteurs reçoivent une part de plus en plus faible du franc du consommateur, tandis qu’une part toujours plus importante est absorbée par le commerce intermédiaire. Dans le même temps, les consommateurs perdent le contact avec l’agriculture.

Comment faire comprendre l’agriculture? Pour assurer la transparence dans la production, la transformation et le transport? Comment la valeur ajoutée peut-elle être restituée aux agriculteurs? Des solutions existent et voient le jour un peu partout. Elles misent sur l’implication directe des consommatrices et consommateurs, au magasin à la ferme comme au travail aux champs.

Article de Tina Siegenthaler, solawi.ch: «L’agriculture solidaire, c’est quoi?»

Contribution Agriculture solidaire

A chaque achat, les consommateurs influencent les conditions de travail et de production des populations du Sud. Aujourd’hui, la Suisse importe la moitié de tous les aliments consommés dans notre pays. Si les consommateurs sont prêts à payer des prix équitables pour des denrées alimentaires produites de manière durable, cela profite non seulement à l’environnement, mais aussi aux familles paysannes en Suisse et dans le monde.

Avec les objectifs de développement durable de l’ONU (Sustainable Development Goals SDG), la Suisse s’est engagée en faveur de la consommation et de la production durables dans le monde entier. Non seulement les aliments régionaux doivent être produits dans le respect de l’environnement et le plus équitablement possible, mais il en va de même pour les aliments importés. Aux consommateurs d’agir pour que la proportion d’aliments issus du commerce équitable augmente enfin.

Contribution de Christine Badertscher, Swissaid: «Commerce équitable au lieu de libre-échange: l’alimentation durable a un prix»

Contribution Nord-Sud

Quantité totale des déchets alimentaires en Suisse enregistrés à l’étape de l’élimination (en tonnes de matière fraîche) (c) OFEV

Environ un tiers des aliments ne se retrouvent pas dans l’assiette en Suisse, mais dans les déchets. À chaque étape de la transformation, un tri est fait et ce qui ne correspond pas aux normes est éliminé. Tout commence à la ferme; seules les carottes à la forme parfaite et les pommes impeccables peuvent être vendues. Les entreprises de transformation et de négoce éliminent les sous-produits ou produisent des quantités trop importantes. Sur l’étal de vente, la date de péremption limite la durée de conservation. Cependant, la moitié du gaspillage alimentaire se produit dans les ménages et les restaurants. Des décisions d’achat irréfléchies, un mauvais stockage et des portions trop grandes font disparaître les aliments dans les poubelles des consommateurs. Les aliments jetés gaspillent ainsi les ressources et coûtent de l’argent – de la production à leur élimination, sans oublier le transport et le stockage.

Article de Miriam Siegenthaler, OGG Berne:  «Moins de gaspillage alimentaire, moins d’impact environnemental»

Contribution Food Waste

Les agricultrices et agriculteurs travaillent dans et avec la nature et ressentent donc directement les effets du changement climatique. En même temps, ils ont une influence majeure sur le climat, car l’agriculture est l’une des principales causes du changement climatique.

Outre le défi de s’adapter le plus rapidement possible aux nouvelles conditions climatiques, les agriculteurs doivent réduire d’urgence les émissions de gaz à effet de serre dans leur production. Pour ce faire, il faut agir sur différents points, tels que un travail du sol léger et qui favorise la formation d’humus, une alimentation des ruminants basée sur les pâturages, une production saisonnière, une réduction de l’utilisation des pesticides, une minimisation des transports et du gaspillage alimentaire, etc.

Article de Dora Fuhrer, Association des petits paysans :  «Comment notre alimentation influence-t-elle le climat?»

Contribution Climat


La biodiversité – diversité des habitats, des espèces et des gènes – nous inclut, nous les êtres humains, car tout est interconnecté et interdépendant. La biodiversité est la base de notre vie. Nous lui devons notre nourriture, notre eau et notre air purs, nos vêtements, notre énergie, nos matériaux de construction, nos médicaments et nos paysages habitables (services écosystémiques). Une biodiversité intacte est d’une grande valeur pour notre société et notre économie. Nos choix alimentaires peuvent affecter la biodiversité. Nous pouvons faire une différence en choisissant des produits issus de l’agriculture biologique et en limitant notre consommation de viande.
Article de Pascal König, Birdlife Suisse:  «Biodiversité des terres cultivées en Suisse»Contribution Biodiversité

La production de différentes cultures et variétés (fruits, légumes, céréales) et l’élevage de différentes races animales protègent la diversité génétique. Actuellement, 90% de l’alimentation humaine est basée sur seulement 30 variétés végétales. L’industrialisation de l’agriculture a conduit à une réduction considérable de la diversité génétique des espèces utilisées dans le monde. Des agro-écosystèmes diversifiés sont notre assurance-vie génétique permettant par exemple l’adaptation aux changements climatiques et aux ennemis des cultures, et ils représentent des éléments essentiels de notre patrimoine culturel. (Source: 2017, KVU CCE CCE CCA)


Contact

Tu as des questions ?
Tu veux participer ?
Tu souhaites partager des recettes, un témoignage ou des photos ?
Tu voudrais organiser un événement Regio Challenge dans ton quartier ou dans ton village?
Tu aimerais participer avec ton restaurant?

Contacte-nous !

Groupe facebook : Regio Challenge CH

#regiochallenge2020

Soutien financier

La semaine d’action «Regio Challenge» a pour but de sensibiliser le grand public sur les thèmes de l’agriculture et de la consommation durables. Soutiens notre travail avec un don!

Outre les donatrices et donateurs de l’Association des petits paysans, nous tenons à remercier les organisations suivantes pour leur soutien financier: