Référendum contre l’accord de libre-échange avec l’Indonésie

L’Association des petits paysans soutient le référendum contre l’accord de libre-échange avec l’Indonésie. Une production alimentaire durable doit enfin se refléter aussi dans les accords commerciaux.

Depuis 2017, le nouvel article 104a let. d de la Constitution fédérale établit que les relations commerciales transfrontalières doivent contribuer au développement durable de l’agriculture et du secteur agroalimentaire. Cependant, l’accord de libre-échange avec l’Indonésie montre que l’article 104a let. d n’est pas appliqué. L’accord avec l’Indonésie ne définit aucune norme environnementale coordonnée pour les produits agricoles tels que l’huile de palme. L’Association des petits paysans s’oppose donc à cet accord de libre-échange qui conduit l’agriculture au pied du mur à l’échelle mondiale et aggrave encore le problème climatique.


Repenser d’urgence l’agriculture suisse également
L’Association des petits paysans s’engage pour une agriculture écologique et équitable dans le monde entier. En même temps, elle se distancie des motifs purement protectionnistes contre les accords de libre-échange. La production alimentaire suisse doit également devenir plus durable. Par exemple, la proportion d’huile de colza bio suisse est encore très faible. L’Association des petits paysans s’engage donc aussi au niveau national en faveur d’une agriculture plus écologique et plus équitable.

Actualités et articles sur ce thème

Renforcer la capacité de résilience pour relever les défis futurs

Le Conseil fédéral veut remettre la politique agricole PA 22+ sur les rails avec une multitude de petites corrections. Pourtant les défis concernant l’environnement et le climat ne sont abordés…

Encore 814 exploitations de moins

L’Office fédéral de la statistique a publié lundi les chiffres du relevé des structures agricoles 2019. Ils attestent que la mort des exploitations se poursuit inéluctablement. L’Association des petits paysans…

L’agrobiodiversité doit être renforcée

L’Académie des sciences naturelles (SCNAT) tire une conclusion claire : en tant que pilier de la sécurité de l’approvisionnement, l’agrobiodiversité doit être reconstituée d’urgence.