Politique agricole 22+: Manque de courage pour une action cohérente

Le Conseil fédéral veut remettre la politique agricole 22+ sur les rails avec une multitude de petites corrections. Il est clair que cela ne suffira pas pour relever les défis urgents dans les domaines du climat et de l’environnement. L’Association des petits paysans revendique une agriculture suisse qui travaille en harmonie avec les ressources naturelles et qui repose sur des approches globales ainsi que sur plus de diversité. Elle considère comme nécessaire et urgent un plafond clair des paiements directs.

La diversité des structures et un soutien plus fort aux systèmes d’exploitation globaux, Bio ou production intégrée IP par exemple, font progresser l’agriculture suisse. Les lacunes dans les domaines du climat et de l’environnement peuvent être abordées de manière plus cohérente. Les innombrables mesures individuelles proposées, complexes et parfois contradictoires, n’apportent en revanche pas les améliorations souhaitées. Le système de paiements directs doit être plus simple et plus transparent. Cela inclut aussi une limitation claire des paiements directs par exploitation. L’Association des petits paysans demande donc au Conseil fédéral de faire preuve de plus de cohérence, de clairvoyance et de courage.

150’000 CHF cela suffit – il faut encourager les diversité entre et dans les exploitations
Pour l’Association des petits paysans, il est totalement incompréhensible que le Conseil fédéral ne veuille plus rien entendre en matière de plafonnement des paiements directs. La proposition actuelle ne va manifestement pas assez loin car un maximum de 150’000 CHF par exploitation est suffisant. Une limite claire et un échelonnement des paiements directs sont essentiels pour une agriculture résiliente et durable. Des fermes et une agriculture variées, se fondant sur la diversification comme stratégie d’exploitation, peuvent mieux réagir aux changements climatiques. Une industrialisation de l’agriculture avec toujours moins de grandes exploitations toujours plus spécialisées, n’offre en revanche pas de perspective d’avenir. L’Association des petits paysans rejette de nouvelles incitations inopportunes telles qu’un soutien étatique pour l’assurance récolte. L’Association des petits paysans regrette par ailleurs qu’une contribution d’exploitation ne soit pas poursuivie.
Du point de vue des petits paysans, il est réjouissant que les membres de la famille soient mieux protégés à l’avenir et que les exigences concernant la formation pour les paiements directs continuent de permettre l’accès à l’agriculture pour des personnes à vocation tardive ou en reconversion professionnelle.

Fixer des objectifs clairs pour le climat, l’écologie et le bien-être des animaux et renforcer la proximité avec les consommateurs
Dans les domaine du climat et de l’écologie, il est urgent d’avoir des objectifs clairs et mesurables ainsi que des mesures efficaces. En plus des approches globales, l’Association des petits paysans demande des taxes d’incitation, par ex. sur les engrais minéraux ou les aliments pour animaux importés, et des objectifs de réduction définis relatifs aux pesticides et à l’azote. Concernant le bien-être des animaux, plus de pâturage pour les ruminants ainsi qu’un élevage, une détention et un affouragement adaptées aux espèces animales sont nécessaires.
La Suisse doit miser plus sur la qualité et la durabilité. Cela suppose aussi d’impliquer plus les consommateurs et consommatrices et d’orienter la consommation dans une direction plus durable. Cela vaut notamment pour la consommation en dehors du domicile. Une agriculture suisse sans OGM est également une importante marque de qualité. C’est pourquoi l’Association des petits paysans soutient une prolongation du moratoire.

Actualités et articles sur ce thème

Renforcer la capacité de résilience pour relever les défis futurs

Le Conseil fédéral veut remettre la politique agricole PA 22+ sur les rails avec une multitude de petites corrections. Pourtant les défis concernant l’environnement et le climat ne sont abordés…

Encore 814 exploitations de moins

L’Office fédéral de la statistique a publié lundi les chiffres du relevé des structures agricoles 2019. Ils attestent que la mort des exploitations se poursuit inéluctablement. L’Association des petits paysans…

L’agrobiodiversité doit être renforcée

L’Académie des sciences naturelles (SCNAT) tire une conclusion claire : en tant que pilier de la sécurité de l’approvisionnement, l’agrobiodiversité doit être reconstituée d’urgence.