fbpx

OUI à l’initiative pour les vaches à cornes

Le 25 novembre, le peuple suisse décidera à l’urne si les éleveurs de vaches et de chèvres à cornes doivent obtenir à l’avenir une contribution financière. Avec l’initiative « Pour la dignité des animaux de rente agricole (Initiative pour les vaches à corne) », l’agriculteur Armin Capaul veut éviter que le nombre d’animaux de rente à cornes diminue. L’Association des petits paysans s’engage pour que le bétail soit détenu conformément à sa nature et recommande d’accepter l’initiative.

Les chèvres et les vaches utilisent leurs cornes pour la communication intra-spécifique, les relations aux autres individus, le comportement social et les soins corporels. Aujourd’hui, pourtant, la grande majorité des vaches suisses sont écornées ou génétiquement sans cornes. Au lieu de laisser leurs cornes aux animaux, on les « adapte » à un système de plus en plus orienté vers la performance et l’efficacité plutôt que vers leur comportement naturel.

L’initiative pour les vaches à cornes n’exige pas l’interdiction de l’écornage, mais un soutien financier pour les agriculteurs qui laissent les cornes à leurs animaux. Il faut consacrer plus de temps pour la relation homme-animal et d’espace – pour une stabulation libre, il faut compter 1/3 de surface en plus – aux animaux à cornes, ce qui entraîne des coûts supplémentaires. La contribution exigée par l’initiative doit aider les propriétaires d’animaux à cornes à amortir les surcoûts liés aux étables adaptées à la dignité des animaux.

L’une des plus grandes critiques « Les cornes n’ont rien à faire dans la Constitution fédérale », est probablement la faute même de la politique. Pendant des années, on a tenté de trouver une solution par d’autres moyens. Au plus tard après le dépôt réussi de l’initiative pour les vaches à cornes, le Parlement aurait eu l’occasion d’ancrer la mise en œuvre au niveau légal avec un contre-projet. Malheureusement, cette occasion a été manquée. L’initiative doit être considérée pour ainsi dire comme un dernier recours, qui de plus repose sur le volontariat et non sur une interdiction. Aujourd’hui, les agriculteurs et les consommateurs, réunis à l’urne, ont la possibilité d’envoyer un signal fort en faveur d’un élevage respectueux du comportement animal en disant Oui à l’initiative pour les vaches à cornes.

 

 

 

 

Actualités et articles sur ce thème

Amorce d’une importante réduction des pesticides et des éléments fertilisants

Aujourd’hui se termine la consultation sur le train d’ordonnances liées à l’initiative parlementaire « Réduire le risque de l’utilisation de pesticides ». Dans sa prise de position, l’Association des petits…

Politique agricole: dialogue constructif et ouvrage remis sur le métier

Après l’âpre campagne de votation de ces derniers mois, il s’agit maintenant de combler les fossés et de développer ensemble une agriculture tournée vers l’avenir. L’Association des petits paysans appelle…

Agriculture plus écologique, objectif incontesté

Malgré le refus de l’initiative sur les pesticides, il est clair pour l’Association des petits paysans que suite à cette votation, on ne peut plus continuer comme avant. La nécessité…