Entrée en matière pour une agriculture respectueuse du climat

Avec la devise #choisirlavoie, l’Association des petits paysans réclame avec l’Alliance climatique une loi sur le CO2 efficace. Ce qu’il faut maintenant, ce sont les conditions cadre nécessaires pour permettre à la Suisse de respecter l’Accord climatique de Paris. Avec l’adoption claire du projet de loi, le Conseil national envoie désormais un premier signal positif. L’Association des petits paysans se félicite en particulier que l’agriculture soit aussi appelée à prendre ses responsabilités pour la première fois.

Pour la deuxième tentative après 2017, la Chambre basse a confirmée hier la loi sur le CO2. C’est une premier pas dans la bonne direction. On ne peut toutefois pas parler d’un concept ambitieux. La Suisse reste loin derrière ce qu’exige l’Accord climatique de Paris et les connaissances scientifiques avec les mesures décidées. Il sera donc nécessaire d’améliorer les objectifs et d’appliquer encore plus le principe du pollueur-payeur. Et tout un chacun devra apporter sa contribution.

Il est encourageant que dans son message sur la révision totale de la loi sur le CO2, le Conseil fédéral mentionne également pour la première fois de l’agriculture. L’Association des petits paysans se réjouit que l’agriculture soit ainsi mise à contribution, en tant qu’acteur à la fois coresponsable et directement touché par la problématique. Alors que des mesures sont réglementées dans la loi sur le CO2 pour les secteurs du bâtiment, de l’industrie et des transports, le domaine de l’agriculture est renvoyé à la politique agricole. Il faut donc prendre d’urgence de nouvelles mesures efficaces avec la Politique agricole 2022+. Car l’inventaire fédéral des gaz à effet de serre le montre clairement : la réduction des émissions de CO2 progresse beaucoup trop lentement et les rejets de méthane, de gaz hilarant et de gaz synthétiques sont restés inchangés.

L’agriculture est sollicitée
L’agriculture est aussi responsable des émissions des gaz à effet de serre, en particulier des fortes émissions de méthane et de gaz hilarant (qui représentent déjà 20 % des émissions totales). Elle est donc un acteur important concernant les questions climatiques. D’autant plus qu’elle n’est pas qu’un élément du problème, elle fait aussi partie de la solution. Avec une exploitation modérée et adaptée au site, l’agriculture permet de stocker du carbone. Il faut donc des mesures efficaces : taxes d’incitation sur les engrais, les aliments concentrés et les pesticides importés ; préservation et formation d’humus dans les terres cultivées ; protection des sols tourbeux ; diminution des excédents d’azote ; efficience énergétique ; promotion de l’élevage en pâturage et de la durabilité pour l’élevage et la détention d’animaux ; promotion de systèmes d’exploitation écologiques à l’échelle de l’ensemble de l’exploitation ; évitement des déchets alimentaires.

Fixer des objectifs de réduction contraignants
Avec la PA 22+ se discute une nouvelle législation qui peut donner un signal en ce sens, par exemple avec un large catalogue de mesures et des objectifs clairs et contraignants de réduction des émissions de gaz à effet de serre provenant de l’agriculture. Le message sur la PA 22+ n’a toutefois pas de caractère contraignant pour atteindre les objectifs. De plus, il manque également une perspective à long terme sur la manière dont l’agriculture peut faire face aux effets du changement climatique en tant qu’acteur lui aussi touché. Notamment en raison du besoin urgent d’agir, l’Association des petits paysans demande une entrée en matière sur la PA 22+. La politique doit ouvrir la voie maintenant à une agriculture tournée vers l’avenir qui pourra apporter sa contribution aux problèmes climatiques.

Actualités et articles sur ce thème

CER-N: Opportunité pour des mesures plus efficaces

Le 13 octobre, la Commission de l’économie et des redevances du Conseil national (CER-N) va délibérer sur l’initiative parlementaire « Réduire le risque de l’utilisation de pesticides ». L’Association des…

Oui à l’Initiative multinationales

Lors de sa dernière séance, le comité directeur de l’Association des petits paysans a décidé de soutenir l’Initiative pour des multinationales responsables. Cela par solidarité pour les confrères à travers…

Les trajectoires ne protègent pas le climat à elles seules

Le Conseil des Etats discute aujourd’hui des trajectoires de réductiondes pesticides et des nutriments. L’Alliance Climatique, dont l’Association des petits paysans fait part, soutient cette initiative parlementaire.