Interdiction des marchés: recherche de nouveaux canaux de distribution

Les paysannes et paysans qui vendaient jusqu’à présent leurs produits sur les marchés hebdomadaires, se trouvent dans une situation difficile. Il est maintenant urgent de trouver des idées alternatives de distribution, des solutions logistiques, de nouvelles collaborations et l’engagement autant des exploitations agricoles que des consommatrices et consommateurs.

Depuis ce mardi, aucun marché hebdomadaire ne peut plus avoir lieu en raison du renforcement des mesures de lutte contre le coronavirus. Ces mesures du Conseil fédéral sont compréhensibles et il est important que chacun de nous joue désormais le jeu. Cependant, cela représente de grandes difficultés existentielles pour de nombreux agriculteurs et agricultrices qui s’appuyaient jusqu’à présent sur les marchés comme canaux de vente. L’Association des petits paysans, Bio Suisse et l’Association Agriculture du futur souhaitent encourager les paysans ainsi que les consommateurs à se mettre en réseau et trouver de nouveaux circuits de distribution.

Trouver un service de livraison et des points de collecte conjoints
Des solutions alternatives de distribution sont également nécessaires aussi vite que possible afin d’éviter la destruction de denrées alimentaires. Au niveau local, des initiatives isolées ont déjà été mises en œuvre. Certains agriculteurs et agricultrices se sont associés et font maintenant régulièrement des livraisons directement dans les foyers. Des communes peuvent soutenir la vente directe en mettant à disposition des points de ramassage à proximité des places qui accueillaient jusqu’à présent les marchés, ou en installant des panneaux – comme cela a déjà été fait à certains endroits – informant où se procurer désormais des denrées alimentaires. L’Association des petits paysans, Bio Suisse et l’Association Agriculture du futur conseillent en outre aux paysannes et paysans d’envisager les options suivantes :

➤ Contacter directement de petites épiceries ou des magasins d’alimentation en ligne qui auraient peut-être une demande accrue en produits auprès de leurs fournisseurs actuels.

➤ Utiliser les portails de vente directe (par ex. fermebourgeon.ch ou a-la-ferme.ch) et les FoodCoops (coopératives alimentaires) déjà existants comme La ruche qui dit oui.

➤ Les magasins à la ferme peuvent encore rester ouverts et connaissent actuellement une forte augmentation de la demande dans de nombreux endroits. Le magasin à la ferme voisine pourrait donc aussi avoir des besoins supplémentaires en produits.

➤ Demander aux boulangeries, boucheries ou entreprises de vente à l’emporter s’ils peuvent mettre à disposition un point de ramassage (utiliser les synergies).

➤ Les stands individuels des marchés en denrées alimentaires peuvent continuer à être exploités conformément aux précisions du Conseil fédéral du 18 mars. La police du commerce de chaque commune décide des autorisations.

➤ La Poste suisse propose un service de distribution le jour même peu coûteux, spécialement destiné aux exploitations agricoles, avec livraison aux ménages privés (dans un rayon de 10 à 20 km). Cela permet aux paysanne et paysans d’utiliser la logistique postale existante pour envoyer des produits frais tels que des sacs de légumes, des œufs, des produits laitiers et du fromage directement au domicile de leurs clients.

➤ Développer et élargir une communication directe et régulière avec les consommateurs (en particulier via les médias sociaux), les informer sur les nouveaux lieux d’achat et les impliquer activement dans la recherche de nouveau canaux de vente

Les consommateurs et consommatrices sont appelés à soutenir les paysans en continuant à s’approvisionner auprès de ceux qui font de la vente directe. Selon les possibilités, ils peuvent de plus aider par exemple en passant des commandes collectives dans le voisinage ou en prenant en charge la distribution. Les exploitations agricoles qui écoulaient sur les marchés peuvent ainsi apporter leur contribution à l’approvisionnement de la population aussi en période de crise avec des aliments frais, régionaux et de qualité, et dans l’idéal collaborer encore plus étroitement avec les consommateurs à l’avenir – malgré la distance physique.

Actualités et articles sur ce thème

Vue d’ensemble : coronavirus et approvisionnement alimentaire

Depuis près de deux semaines, nous sommes dans un état d’urgence. Les paysan(ne)s, autant que les consommateurs et consommatrices, sont confrontés à des restrictions et donc souvent contraints de se…

Interdiction des marchés: recherche de nouveaux canaux de distribution

Les paysannes et paysans qui vendaient jusqu’à présent leurs produits sur les marchés hebdomadaires, se trouvent dans une situation difficile. Il est maintenant urgent de trouver des idées alternatives de…

Exigeant et informatif

La deuxième semaine de septembre a été consacrée à la semaine d’action Regio Challenge, que l’Association des petits paysans a organisée pour la première fois en Suisse. Pendant une semaine,…