fbpx

Oui à l’Initiative sur l’élevage intensif

Le comité de l’Association des petits paysans soutient l’Initiative sur l’élevage intensif. La Suisse doit continuer à miser sur un élevage fermier avec un nombre d’animaux clairement limité et un meilleur bien-être des animaux. Car ce n’est qu’ainsi que la qualité de nos aliments et la protection des ressources naturelles seront garanties à l’avenir. Le contre-projet du Conseil fédéral écarte des composantes clés de l’initiative et n’offre donc pas de véritable alternative.

 

L’Association des petits paysans dit oui à l’Initiative sur l’élevage intensif. Elle se réjouit que le Conseil fédéral ait élaboré un contre-projet. Malheureusement, le contre-projet ne contient pas certains éléments centraux de l’initiative, comme par exemple la taille des troupeaux ou la réglementation des produits d’origine animale importés. L’Initiative sur l’élevage intensif va dans la bonne direction car des exigences élevées relatives au bien-être animal sont une garantie pour la qualité de nos aliments et contribuent à ménager les ressources naturelles.

Le contre-projet aide surtout les grands distributeurs
Avec le contre-projet, le Conseil fédéral propose un régime obligatoire des programmes de bien-être des animaux SST et SRPA. Cela impliquerait que la participation actuelle à ces programmes éthologiques, et donc les prestations des paysannes et paysans en matière de bien-être animal, ne serait plus indemnisée par les paiements directs. Dans le même temps, le Conseil fédéral ne veut pas prendre en compte la question de la détention animale au niveau des produits importés. Les paysannes et paysans de Suisse seraient alors doublement pénalisés et seuls les grands distributeurs en profiteraient grâce aux importations de viande à bas prix toujours possibles.

De plus, le contre-projet ne réglemente pas la taille du troupeau par unité d’élevage, c’est-à-dire le nombre d’animaux dans un groupe ou la limite supérieure d’animaux par exploitation. Pourtant, la taille du troupeau est un facteur décisif pour le bien-être des animaux.

En raison de ces manques, le contre-projet ne représente pas une alternative à l’initiative.

Actualités et articles sur ce thème

Amorce d’une importante réduction des pesticides et des éléments fertilisants

Aujourd’hui se termine la consultation sur le train d’ordonnances liées à l’initiative parlementaire « Réduire le risque de l’utilisation de pesticides ». Dans sa prise de position, l’Association des petits…

Politique agricole: dialogue constructif et ouvrage remis sur le métier

Après l’âpre campagne de votation de ces derniers mois, il s’agit maintenant de combler les fossés et de développer ensemble une agriculture tournée vers l’avenir. L’Association des petits paysans appelle…

Agriculture plus écologique, objectif incontesté

Malgré le refus de l’initiative sur les pesticides, il est clair pour l’Association des petits paysans que suite à cette votation, on ne peut plus continuer comme avant. La nécessité…